Bilan COVID-19 NB : 0 nouveau cas, 2 cas actifs

Le Nouveau-Brunswick n’a signalé aucun nouveau cas de COVID-19 pour la neuvième journée consécutive mercredi, et le nombre de cas actifs est tombé à deux.

Pendant ce temps, 53,5 pour cent des Néo-Brunswickois âgés de 12 ans et plus sont maintenant complètement vaccinés.

La province voit le vent dans la lutte contre COVID commencer à tourner, a déclaré le Dr Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef, lors du briefing COVID.

La ministre de la Santé, Dorothy Shephard, a déclaré que la province faisait de grands progrès sur la voie de la phase verte de la reprise et qu’il était “merveilleux de voir les Néo-Brunswickois profiter un peu plus des activités normales”.

Mais les variantes restent une préoccupation, a-t-elle déclaré, et les gens doivent continuer à suivre les conseils de la santé publique et se faire vacciner dès que possible.

La région de Moncton, zone 1, compte les deux seuls cas actifs de COVID-19 de la province. (SRC)

Le rythme de vaccination a ralenti, repoussant la prédiction précédente d’un spécialiste du traitement des données quant au moment où la province atteindra son objectif de vaccination à double dose et lèvera toutes les restrictions.

Au total, 10 468 secondes doses ont été administrées mardi.

La moyenne sur sept jours pour les deuxièmes doses est passée de 10 269 à 9 870, a déclaré Oliver Dueck, un développeur de logiciels basé à Fredericton, qui suit les données sur les vaccins de la province au cours des derniers mois.

À ce rythme, il faudra attendre le 29 juillet pour mettre deux doses dans les bras de 75 % de la population éligible, a-t-il déclaré.

Bien qu’il y ait encore quatre jours d’avance sur l’objectif de la province du 2 août, la fête du Nouveau-Brunswick, les chiffres plus tôt cette semaine avaient fait croire à Dueck que la province atteindrait son objectif le 27 juillet.

Avec les 1 242 premières doses administrées mardi, le taux de vaccination à une dose a atteint 79,9%.

Ne faites pas de « magasin de vaccins »

Russell a déconseillé d’attendre de recevoir une certaine marque de vaccin comme deuxième dose, ou ce qu’elle a appelé “achat de vaccins”.

«Le Canada est l’un des nombreux endroits qui ont administré des vaccins de manière sûre et efficace de manière interchangeable, avec des pays comme le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Allemagne», a-t-elle déclaré.

« Cette stratégie nous a permis de vacciner rapidement plus de personnes, nous protégeant tous de la menace imminente de COVID-19. Grâce à cette approche, nous nous rapprochons chaque semaine du vert alors que notre nombre de cas actifs continue de baisser.

Le Nouveau-Brunswick continue de suivre les conseils du Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI), qui appuie le suivi du vaccin AstraZeneca-Oxford avec un vaccin à ARNm, soit Pfizer-BioNTech ou Moderna, ainsi que le mélange des vaccins Pfizer et Moderna, basé sur quel que soit le produit disponible, a-t-elle déclaré.

Alors que la province a reçu moins de doses de Pfizer que prévu, elle a reçu 18 720 doses la semaine dernière et devrait recevoir 29 250 doses cette semaine.

Il utilise Pfizer pour vacciner les enfants âgés de 12 à 17 ans, a déclaré Russell, car il s’agit du seul vaccin approuvé au Canada pour ce groupe d’âge.

La semaine prochaine, la province s’attend à recevoir son « envoi complet » de 64 350 doses de Pfizer, et 76 050 autres doses sont prévues pour la semaine suivante.

“Nous ne prévoyons pas de pénurie de ce produit et nous continuerons de l’offrir ainsi que Moderna dans nos cliniques de vaccination”, a déclaré Russell.

Elle n’a aucune connaissance ou donnée de première main sur les personnes hésitant à se mélanger, ou annulant ou changeant leurs rendez-vous pour la deuxième dose, a-t-elle déclaré aux journalistes. “Mais certainement tout ce qui rassure les gens à ce stade est utile.”

1,3 million de Canadiens ont mélangé des vaccins en juin

Au moins 1,3 million de Canadiens ont choisi de mélanger les vaccins COVID-19 d’ici la fin juin, selon les données de Santé Canada.

Sur les 6,5 millions de personnes qui ont reçu leur deuxième vaccin entre le 31 mai et le 26 juin, une sur cinq a reçu un vaccin différent du premier.

Certaines provinces ont commencé à mélanger Pfizer et Moderna dès avril, mais la pratique est devenue plus courante au cours de la troisième semaine de juin lorsque les expéditions de Pfizer ont été retardées.

Début juin, le NACI a déclaré que les personnes qui recevaient AstraZeneca comme première dose pouvaient recevoir en toute sécurité Pfizer ou Moderna comme deuxième dose et à la mi-juin, l’organisme consultatif a déclaré que c’était l’option “préférée”. Un vaccin à ARNm en tant que deuxième dose atténue le risque rare de thrombocytopénie thrombotique immunitaire (VITT) induite par le vaccin – une maladie rare qui provoque des caillots sanguins associés à un faible nombre de plaquettes, a déclaré le NACI.

Deux Néo-Brunswickois sont décédés du VITT après avoir reçu le vaccin AstraZeneca. Deux autres ont également souffert de caillots sanguins après la vaccination, mais se sont rétablis.

Province gardant les doses d’AstraZeneca

Le Canada fait don de 17,7 millions de doses d’AstraZeneca pour aider à vacciner les personnes dans les pays à revenu faible et intermédiaire, ont annoncé lundi les ministres fédéraux.

Mais le Nouveau-Brunswick conserve les quelque 10 000 doses qu’il a en stock, qui devraient expirer à la fin du mois d’août, et environ 200 autres qui expireront à la fin du mois d’octobre, a déclaré Russell.

La province veut continuer à offrir AstraZeneca si les gens le choisissent ou s’ils en ont besoin en raison d’allergies ou d’autres réactions aux vaccins à ARNm, a-t-elle déclaré.

Le Nouveau-Brunswick a plus de 10 000 doses de vaccin AstraZeneca-Oxford qui expireront à la fin du mois d’août. (Evan Mitsui/CBC)

AstraZeneca est plus portable que les vaccins à ARNm car il ne nécessite pas le même stockage au froid, a ajouté Shephard. Elle a dit que c’est un vaccin plus facile à utiliser pour les résidents en soins de longue durée, par exemple.

Près de 1 000 doses de l’approvisionnement de la province en AstraZeneca ont dû être détruites car elles ont expiré le 1er juillet avant de pouvoir être utilisées ici ou ailleurs.

Shephard a dit qu’il est malheureux qu’ils aient été gaspillés. “Mais quand on regarde le fait que nous allons atteindre 900 000 doses [of COVID vaccines] livrés, je pense que nous avons été très prudents avec notre inventaire », a-t-elle déclaré.

La ministre de la Santé, Dorothy Shephard, a déclaré qu’il était excitant de pouvoir partager les chiffres de vaccination car ils donnent de l’espoir aux gens. Et après les défis de l’année dernière, l’espoir est quelque chose que nous pouvons tous utiliser.’ (Gouvernement du Nouveau-Brunswick)

La santé publique organise cette semaine plus de cliniques mobiles sans rendez-vous Moderna pour faciliter l’obtention des première et deuxième doses.

Shephard a déclaré que les cliniques pop-up aidaient les efforts de la province. Cinq ont eu lieu la semaine dernière et sur les 1 500 personnes vaccinées, 20 % ont reçu leur première dose.

Elle a visité la clinique tenue mardi dans le nord de Saint John au Nick Nicole Center et “beaucoup” des 100 personnes estimées qui y ont assisté étaient là pour les premières doses, a-t-elle déclaré.

“Pour l’anecdote, je peux dire qu’en parlant avec quelques-unes des personnes qui sont venues, elles ne seraient pas venues si cela n’avait pas été dans leur communauté”, a-t-elle déclaré. “Beaucoup étaient de nouveaux arrivants. Et il y a donc un facteur de confiance selon lequel la mise en place d’une clinique pop-up dans leur communauté aide vraiment à surmonter ces inquiétudes.”

Les cliniques comprennent :

  • Perth-Andover — River Valley Civic Centre, 11, rue School, le jeudi, entre midi et 18 h
  • Dorchester — Dorchester Veterans Community Hall, 4955, rue Main, le jeudi, entre 10 h et 16 h
  • Pierre de plâtre — Tobique Lions Community Centre, 61 Everett Lane., le vendredi, entre 10 h 30 et 16 h
  • Salisbury — Église baptiste de Salisbury, 3128, rue Main, le vendredi, entre 10 h et 16 h

Toute personne de 12 ans ou plus est éligible pour recevoir un vaccin COVID-19, et toute personne qui a reçu une première dose peut recevoir une deuxième dose après 28 jours. Ils n’ont pas à attendre que les 28 jours passent pour prendre rendez-vous, a souligné Russell.

Les gens peuvent prendre rendez-vous en ligne dans une clinique du réseau de la santé Horizon ou Vitalité ou dans une pharmacie participante.

Il leur est demandé d’apporter leur carte d’assurance-maladie, un formulaire de consentement signé et, pour ceux qui reçoivent une deuxième dose, une copie du carnet de vaccination qu’ils ont reçu après avoir reçu leur première dose.

Les personnes qui ont pris rendez-vous mais ont pu se faire vacciner plus tôt ailleurs sont priées d’annuler le rendez-vous dont elles n’ont plus besoin.

Changements de visiteurs d’hôpitaux pour les voyageurs

Les hôpitaux et les établissements de santé du Nouveau-Brunswick s’ouvriront aux visiteurs de l’extérieur de la région élargie de l’Atlantique jeudi, ont annoncé les réseaux de santé Horizon et Vitalité dans un communiqué de presse conjoint.

Les directives mises à jour pour les visiteurs sont basées sur l’endroit d’où les gens voyagent et s’ils ont été vaccinés contre COVID-19.

Avant d’entrer, les visiteurs canadiens et internationaux qui souhaitent rendre visite à un patient doivent :

  • Fournir une preuve de vaccination avec deux doses d’un vaccin COVID-19 approuvé, et cela doit être au moins 14 jours après avoir reçu leur deuxième dose.
  • Fournissez la preuve d’un test COVID-19 négatif après votre entrée dans la province et avant chaque visite, et acceptez d’être à nouveau testé les jours 5 et 10.
  • Fournir une preuve d’approbation pour voyager au Nouveau-Brunswick dans le cadre du Programme d’inscription aux voyages du Nouveau-Brunswick.
  • Fournir une pièce d’identité personnelle qui correspond à leur dossier de vaccination et à leur enregistrement de voyage.
  • Suivre les mesures de Santé publique du Nouveau-Brunswick et les politiques de prévention et de contrôle des infections, telles que se surveiller pour détecter les symptômes de la COVID-19 avant chaque visite, porter un masque en tout temps, maintenir une distance physique et se laver les mains fréquemment.

Les voyageurs internationaux sont également soumis aux exigences fédérales pour entrer au Canada, et lorsque les exigences provinciales et fédérales diffèrent, les exigences les plus strictes doivent être respectées, indique le communiqué de presse.

Toute personne de l’extérieur de la région élargie de l’Atlantique qui ne peut pas fournir la preuve qu’elle est complètement vaccinée devra être dans la province pendant au moins 14 jours avant de pouvoir rendre visite à un patient, ont déclaré les réseaux régionaux de santé. (Beenicebeelove/Shutterstock)

Les personnes qui ne peuvent pas prouver qu’elles sont complètement vaccinées peuvent toujours rendre visite à un patient, mais seulement 14 jours après leur entrée dans la province. Aucun test ne sera requis, mais ils doivent être asymptomatiques et suivre toutes les directives.

La région élargie de l’Atlantique comprend : le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador, les régions d’Avignon et du Témiscouata au Québec et la Première Nation de Listuguj au Québec.

Les changements sont basés sur les recommandations des équipes de prévention et de contrôle des maladies infectieuses/infections des deux régies régionales de la santé, selon le communiqué.

S’il y a une augmentation des cas dans la région élargie de l’Atlantique, toute personne venant de ce qui est considéré comme une zone à risque plus élevé devra suivre la plupart des mêmes conditions, a-t-il déclaré.

Tous les visiteurs continueront d’être soumis à un contrôle actif avant d’entrer dans un établissement. Les visites quotidiennes continuent d’être entre 14h et 20h

Les détails complets sur les directives des visiteurs peuvent être trouvés sur Horizon et Vitalité sites Internet.

2 autres guérisons, personne n’a été hospitalisé

Deux autres personnes se sont remises du COVID-19, a annoncé mercredi la Santé publique.

Personne n’est hospitalisé dans la province pour une maladie respiratoire.

Mardi, 693 tests COVID-19 ont été effectués, portant le total à ce jour à 370 735.

Il y a eu 2 336 cas confirmés de COVID-19 au Nouveau-Brunswick depuis le début de la pandémie, avec 2 287 guérisons à ce jour et 46 décès liés à la COVID.

Bilan COVID de l’Atlantique

Nouvelle-Écosse n’a signalé aucun nouveau cas de COVID-19 mercredi et compte 28 cas actifs.

Terre-Neuve-et-Labrador n’a signalé aucun nouveau cas et compte 23 cas actifs, dont 22 proviennent de navires internationaux.

L’Île-du-Prince-Édouard n’a aucun nouveau cas ni aucun cas actif.

Que faire si vous avez un symptôme

Les personnes craignant d’avoir COVID-19 peuvent passer un test d’auto-évaluation en ligne.

La santé publique indique que les symptômes de la maladie incluent une fièvre supérieure à 38 °C, une toux nouvelle ou qui s’aggrave, un mal de gorge, un écoulement nasal, des maux de tête, une nouvelle apparition de fatigue et des difficultés respiratoires.

Chez les enfants, les symptômes ont également inclus des marques violettes sur les doigts et les orteils.

Les personnes présentant l’un de ces symptômes doivent rester à la maison, appeler Tele-Care 811 ou leur médecin et suivre les instructions.


Source link

Comments are closed.